01 53 53 50 00
12 rue de Ponthieu, 75008 Paris
logo
Manque de densité après une greffe de cheveux, que faire ? - Manque de densité après une greffe de cheveux, que faire ? - Phoenix Esthetic
Manque de densité après une greffe de cheveux, que faire ? - Manque de densité après une greffe de cheveux, que faire ? - Phoenix Esthetic

19 juillet 2021

Manque de densité après une greffe de cheveux, que faire ?

Ils ne sont malheureusement pas rares les patients à rapporter leur insatisfaction à la suite d’une greffe capillaire. Parmi eux, beaucoup regrettent un manque de densité, dont l’origine peut être une défaillance de l’opérateur mais aussi une préparation inadaptée à l’intervention. En faisant appel à un praticien parfaitement qualifié, il est généralement possible de remédier à ce type d’écueil.

L’état des lieux : identifier les zones touchées

Une manque de densité localisé ou diffus sur tout le crâne

Lorsqu’on envisage une transplantation implantation capillaire, on aspire en toute légitimité à obtenir une belle chevelure, caractérisée par une densité homogène, qui présente un aspect général très naturel.

Malheureusement, pour nombre de patients, le résultat est loin d’être à la hauteur des attentes.

A l’issue de la repousse des cheveux transplantatés implantés les plus déçus constatent une densité de cheveux irrégulière et déplorent un rendu somme toute artificiel. Ce manque de densité ou volume, il peut être observé sur l’ensemble du crâne, de manière assez homogène ou concerné uniquement certaines régions du cuir chevelu : le vertex, le haut du crâne, les golfes…

Respecter le temps de repousse

Si le ressenti du patient doit être nécessairement pris en considération, il convient de rappeler que chaque personne opérée doit faire preuve de patience et attendre la fin du temps de repousse pour évaluer le résultat final de l’intervention. Il faut déjà compter de 3 à 6 mois pour voir les cheveux s’épaissir et recouvrir progressivement l’ensemble du crâne. On estime que la densité capillaire est objectivement observable 6 à 12 mois après l’opération. Le résultat de la greffe de cheveux s’apprécie un an après la mise en place des implants capillaires.

La greffe a-t-elle échouée ?

  • Une mauvaise extraction et / ou conservation  

C’est la question que peuvent forcément se poser tous les patients qui ne sont pas véritablement ravis des effets de l’intervention qu’ils ont subie. Certes, la grande majorité des médecins et de leurs équipes ont à leur actif un grand nombre de greffe de cheveux, pour autant la moindre approximation peut avoir des conséquences importantes sur le résultat final.

Tout d’abord, une mauvaise conservation des implants diminue drastiquement le taux de survie des follicules pileux qui doivent être ensuite réimplantés sur les zones dégarnies. Une manipulation incorrecte des unités folliculaires et leur exposition prolongée à l’air libre peuvent aussi remettre en cause l’intérêt de l’intervention. 

  • Une réimplantation ratée

Si ces précédentes phases sont accomplies dans les règles de l’art, n’oublions pas que le succès de la greffe est également fonction de l’étape de la transplantation l’implantation. L’opérateur Le médecin a la responsabilité d’insérer correctement chaque implant dans sa zone receveuse et cela requiert une certaine dextérité.

La réussite d’une implantation capillaire est à la fois déterminée par le nombre et la qualité des greffons prélevés par l’opérateur le médecin au cours de la séance. La quantité de greffons n’est pas suffisante, c’est la manière dont ils sont extraits de la zone donneuse puis réimplantés et autrement dit le taux de section qui influencent le résultat à long terme.

  • Les autres signes d’une greffe défaillante

Certains patients remettent en cause la densité, pourtant d’autres problèmes peuvent être identifiés plusieurs mois après leur transplantation greffe capillaire. On songe par exemple à une cicatrice trop apparente et gênante à l’arrière de la tête, sur la zone de prélèvement notamment pour une greffe FUT ou un mauvais placement de la ligne frontale.

Que faire après avoir constaté un manque de densité ?

  • Envisager une nouvelle intervention

Si vos finances vous le permettent, vous pouvez envisager la planification d’une nouvelle intervention. Fort logiquement, vous auriez sans doute tort d’accorder une nouvelle fois votre confiance à une équipe médicale qui n’a pas répondu à vos attentes. Idéalement, il vous faut solliciter un expert des techniques de réparation d‘une transplantation implantation capillaire ratée. Cette deuxième greffe de cheveux peut tout d’abord être mise en œuvre lorsqu’on constate un manque de densité plus d’un an après la première transplantation greffe. Vous pouvez également y songer pour corriger une cicatrice excessivement visible dans la zone donneuse ou remédier à une implantation inesthétique, telle qu’une ligne frontale trop basse ou constituée d’implants mal orientés.

Pour un certain nombre de patients, une deuxième greffe peut tout à fait succéder à une première greffe réussie. En effet, rappelons que la perte de cheveux est en partie fonction du style de vie (consommation de médicaments, stress, déséquilibres hormonaux etc.)

A noter qu’il est préconisé d’attendre 12 mois pour concrétiser une nouvelle intervention de cette nature.

  • La préparation et le respect des soins post opératoires

Si les résultats n’ont pas été à la hauteur de vos exigences, cela est peut être aussi lié à une mauvaise préparation à la greffe et / ou au non respect des consignes données par votre chirurgien esthétique.

Tout d’abord, on recommande vivement aux fumeurs d’arrêter le tabac au moins 15 jours avant l’opération. Les candidats aux implants capillaires peuvent parfois être sont en général invités à suivre un traitement au Minoxidil en amont de l’intervention, et éventuellement à bénéficier d’un traitement PRP (Plasma enrichi en plaquettes). A l’issue de l’opération, il est fortement déconseillé de toucher à la zone implantée durant les premiers jours. Si vous êtes autorisé à vous laver le cuir chevelu, cela doit être fait délicatement et ce à l’aide d’un shampooing à l’isobétadine. En outre, des gestes sont à éviter durant les premiers temps : port d’un casque, exposition des cheveux au soleil, usage de sprays coiffants…

4.84/ 5 sur 153 avis

Clients vérifiés