01 53 53 50 00
12 rue de Ponthieu, 75008 Paris
logo
Alopécie Androgénique : qu’est-ce que c’est ? - Alopécie Androgénique : qu’est-ce que c’est ? - Phoenix Esthetic
Alopécie Androgénique : qu’est-ce que c’est ? - Alopécie Androgénique : qu’est-ce que c’est ? - Phoenix Esthetic

19 mai 2021

Alopécie Androgénique : qu’est-ce que c’est ?

Elle compte parmi les expressions du monde médical renseignées à maintes reprises dans les moteurs de recherche. Nous faisons allusion à l’alopécie androgénétique, une expression un peu barbare qui correspond à une chute des cheveux occasionnée par l’influence des hormones mâles.

Après avoir présenté cette pathologie qui touche à la fois les hommes et les femmes, nous énumérons les principaux moyens d’y répondre.

Définition de l’alopécie androgénique

L’alopécie androgénique ou androgénétique est plus connu sous le nom de calvitie. Elle résulte de l’action de la testostérone, qui se transforme en dihydrotestostérone (DHT). La DHT emballe le processus de création des cheveux qui se renouvellent de plus en plus vite jusqu’à ne plus fabriquer qu’un très fin duvet invisible.

L’alopécie n’est pas fonction de la quantité de testostérone produite, mais de la façon dont celle-ci est recueillie puis transformée en DHT. Si on évoque également une alopécie androgénétique chez les femmes, ses origines diffèrent et sont plus diffuses.

Des antécédents familiaux d’alopécie androgène constituent un facteur prédisposant, c’est pourquoi on parle d’origine génétique. Il est important de préciser que l’alopécie androgénétique demeure une pathologie bénigne, aucunement dangereuse, mais qui induit un retentissement psychologique pour de nombreuses personnes. 

Au cours de leur vie, nos cheveux connaissent 20 à 25 cycles. Chaque cycle est caractérisé par l’aboutissement de 3 phases que sont l’anagène, la catagène et la télogène. L’anagène est une période de 4 à 7 ans durant laquelle les follicules pileux produisent les cheveux. Succède à cette phase de croissance du cheveu une période de 2 à 3 semaines qui s’apparente à une pause.

L’ultime étape du cycle est la télogène, elle dure 2 à 3 mois et se traduit par la chute du cheveu, remplacé par un autre cheveu suffisamment fort. Quand le cycle naturel est modifié, on parle d’alopécie.

D’origine génétique comme son nom l’indique, ce qui signifie que l’alopécie androgénétique se distingue de l’alopécie congénitale, dont l’origine est une anomalie au niveau du cuir chevelu et l’alopécie diffuse, susceptibles d’apparaître à différents moments et d’être causée par de multiples facteurs (problème endocrinien, stress très important, consommation de médicaments etc.).

Quels sont les symptômes ?

A) La chute de cheveux chez l’homme

L’alopécie androgénique affecte pour un certain nombre d’hommes le dessus du crâne de manière uniforme. Pour d’autres personnes, l’affinement et la perte de cheveux interviennent dans la région des tempes et la pointe du crâne.

Le recul de la ligne frontale et l’élargissement des golfes frontaux sont deux incidences de la disparition des cheveux. L’alopécie androgénique est dans la très grande majorité des cas (97%) d’origine androgénétique. 

B) La chute de cheveux chez la femme

Ce type de calvitie prend des formes très variées chez les femmes. Le plus fréquemment, les zones de dégarnissement de la chevelure sont localisées sur le dessus de la tête.

Cela débute par un élargissement de la raie centrale puis on assiste à une raréfaction des cheveux sur tout le dessus de la tête. Pour nombre de femmes, la perte de cheveux affecte aussi l’arrière, le sommet du crâne.

Le phénomène peut se manifester aussi sur les tempes et au-dessus des oreilles. Chez un faible pourcentage de femmes, la chute de cheveux s’observe sur les golfes et la zone frontale. 

Développée en 1977, l’échelle de Ludwig est le nom d’un outil permettant d’évaluer l’ampleur de la calvitie chez les femmes. Une femme sur cinq en moyenne est concernée par ce phénomène dans le monde occidental.

Cette perte de cheveux survient très généralement au moment de la puberté, suite à une maternité ou à la période de la ménopause.

Quels sont les traitements contre l’alopécie androgénique ?

A) Les traitement médicamenteux

Le recours au Minoxidil constitue une réponse partiellement efficace au problème de l’alopécie androgénique. Ce traitement médicamenteux local se présente sous la forme d’une lotion à appliquer matin et soir, la molécule qu’elle renferme à la capacité de stimuler la pousse des cheveux et de ralentir leur chute.

Inconvénient et non des moindres : le patient a nécessité de prendre ce traitement toute sa vie pour garder sa chevelure. En cas d’alopécie androgénétique chez la femme, un traitement hormonal à la Spironolactone, commercialisée sous le nom d’Aldactone, peut être prescrit par le médecin.

B) La chirurgie

La mise en oeuvre d’une greffe de cheveux est l’une des solutions à disposition de ceux qui souffrent psychologiquement des conséquences d’une alopécie. On distingue plusieurs sortes de techniques de greffes capillaires.

Greffe de Cheveux FUE Paris - Calvitie, alopécie androgénique qu'est ce que c'est ?Il existe notamment la greffe FUE (Follicular unit extraction – en français, extraction d’unités folliculaire) sans rasage, indiquée aux patients dont la calvitie est moins étendue.

Les personnes concernées par l’alopécie androgénique peuvent aussi envisager la transplantation d’unités folliculaires à cheveux longs (FUL), également connue sous le nom de FUT à cheveux longs.

Convenant aux hommes comme aux femmes, elle a l’avantage de pouvoir prélever jusqu’à 4 000 cheveux en une seule séance. En revanche, elle occasionne une fine cicatrice dans la région donneuse, à l’arrière du crâne.

 

 

 

Articles dans la même catégorie :

4.84/ 5 sur 153 avis

Clients vérifiés